Le Sanctuaire de Deir Rafat

Print Mail Pdf

Le Sanctuaire de Deir Rafat

En 1927 à Deir Rafat, localité située entre Jérusalem et Tel Aviv où une communauté chrétienne était déjà présente, Mgr Luigi Barlassina, alors Patriarche latin de Jérusalem, voulut faire ériger un sanctuaire en l’honneur de Marie Reine de Palestine, et en 1933 le titre de « Reine de Palestine » fut officiellement reconnu par la Congrégation romaine des Rites.

La structure comprenait une école, un orphelinat, un couvent et le Sanctuaire, sur la façade duquel fut érigée une statue de la Bienheureuse Vierge Marie, haute de six mètres, portant la mention « Reginae Palestinae ». Le Patriarche Barlassina souhaita également faire inscrire en différentes langues sur la voûte de l’église la traduction du salut de l’ange : « Je te salue, ô Marie ». Les langues choisies sont au nombre de 280 et l’artiste chrétien de Jérusalem, Mubarak Saad, les peint sur des lettres tenues par une multitude d’anges qui symboliquement encensent.

Dans la nef gauche du Sanctuaire, se trouve une peinture de Notre-Dame Reine de Palestine qui étend la main, en signe de protection sur sa terre. Dans le paysage situé dessous, l’on peut entrevoir la mer de Haïfa avec le Sanctuaire du Mont Carmel et les murs de la ville de Jérusalem. Deux anges, l’un à droite, l’autre à gauche, apportent à la mère de Jésus et notre mère la couronne et le spectre.

Au fil des années, la structure s’est développée en une maison d’accueil et un centre de retraites spirituelles. Aujourd’hui, ce sont les Petites sœurs de Bethléem qui prêtent service au Sanctuaire en portant un projet de prière, de disponibilité aux personnes accueillies, et de soutien aux jeunes en difficulté. Chaque année, la Fête de la Bienheureuse Vierge Marie Reine de la Palestine, le 25 octobre, réunit à Deir Rafat des pèlerins de tout le diocèse et du monde entier.